Investir dans l’immobilier sans apport

Investir dans l’immobilier sans apport

Avec la baisse des taux et des prix de l’immobilier intéressants dans certaines communes, de nombreux emprunteurs et investisseurs souhaitent acheter un bien immobilier. Simplement, sans apport, il faut connaître les ficelles pour obtenir son financement.

Investissement immobilier sans apport

Investir dans l’immobilier, c’est acheter une maison, un appartement ou un terrain en vue d’en percevoir des rentes, c’est-à-dire de percevoir un loyer ou un montant de revente. Il y a donc différents types d’investissements immobiliers et suivant le montant et le type de projet, la faisabilité du financement peut être remise en cause. La première étape est donc de définir le montant du bien immobilier, ce sera donc le montant du crédit immobilier auquel il faut ajouter le montant des frais et de garanties, c’est pour cette raison que l’on parle bien souvent de crédit immobilier à 110%. Un prêt immobilier incluant le montant du projet d’investissement et les frais de dossiers, les frais de garantie (hypothèque, caution) et les éventuels frais de courtage dans le cadre d’un courtier. Le montant du prêt permettra de calculer a capacité d’emprunt et donc le taux d’endettement de l’emprunteur, qui ne doit pas dépasser le seuil de 33% de ses revenus.

L’apport est-il obligatoire pour un investissement dans la pierre ?

L’apport est une garantie sur la capacité d’épargne d’un emprunteur vis-à-vis du prêteur mais si ce dernier s’est servi de cette épargne ou d’un capital disponible pour un premier achat, il est tout à fait logique de ne pas disposer d’un nouvel apport pour un investissement, d’autant que cet investissement permettra de percevoir des revenus dans les mois ou années qui suivent. Il est donc possible d’obtenir son crédit immobilier sans apport dans le cadre de l’investissement en misant sur le profil emprunteur et éventuellement le rapatriement des comptes bancaires au sein de la banque qui accorde le financement. Cette domiciliation bancaire est le premier argument à avancer pour convaincre le conseiller bancaire, le second étant la possibilité de souscrire des produits d’épargne ou éventuellement des placements, sans forcément s’engager à une souscription immédiate. Il faut donc argumenter, défendre son projet d’investissement car les conseillers financiers peuvent revenir sur leur décision, c’est une question d’appréciation. Enfin, la mise en concurrence permet aussi de faire jouer les offres des différents établissements et de bénéficier de la meilleure, proposant idéalement un taux fixe.

On a sélectionné les meilleures offres



Posted in Blog.